Bordeaux, mars 2019
Lancement du club numérique franco-congolais
VivaTechnology 2019, AfricaTech
ATDA 2018, Paris, novembre 2019
Castres, université e_santé 2018
Rencontres Affaires Francophones, Paris 2018
Sommet PME Dakar Février 2018
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017 Ministres Koné, Ancip, Lemoyne
Ministres
Paris ATDA, 25-27 octobre 2017
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017
JADN 2016 - Cérémonie finale
ADD - Bamako 2017, Sommet des chefs d'Etat
ATDA, Paris, 25-27 octobre 2017
JADN2016
Digital African Tour, Ouagadougou 2017

L’État, utilise et recommande de plus en plus l’utilisation des logiciels libres. La direction interministérielle du numérique (DINUM, ex DINSIC : direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication) publie ses recommandations annuelles. Elle vient de mettre en ligne une nouvelle version de son socle interministériel de logiciels libres (SILL).

Le socle interministériel des logiciels libres SILL2020 est un catalogue de référence des logiciels libres pour les administrations est le fruit d’une collaboration fructueuse d’agents publics informaticiens, avec l’appui de la direction interministérielle du numérique (DINUM). Si un agent recherche un outil pour tenir des webconférences, ils se verront proposer BigBlueButton et Jitsi. Un besoin à combler dans l’enregistrement et l’édition de fichiers sonores ? Le SILL suggère Audacity. Et ainsi de suite.

Ces sélections reposent sur le retour d’expérience des fonctionnaires qui s’en servent dans leur travail, au sein du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, de l’Académie de Versailles, du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, de l’université de Lille ou encore de Pôle Emploi. Les contributions sont très diverses.

D’ailleurs, dans le plus pur esprit collaboratif propre au logiciel libre, la DINUM se targue de ne pas avoir une approche verticale : le SILL est « actualisé par les groupes de travail et publié par Etalab », explique-t-elle, et est « coconstruit par des communautés d’agents publics informaticiens de l’État ». Elle invite même les agents publics désireux d’apporter leur pierre à l’édifice à se signaler auprès d’elle.

Des nouveautés substantielles en 2020

La mise à jour du SILL en 2020 se démarque toutefois des éditions précédentes par la mise en ligne d’un site web dédié, qui permettra de parcourir le contenu du référentiel beaucoup plus facilement qu’autrefois. Il était temps ! Avant, la DINUM diffusait le SILL dans un document PDF, sous la forme d’un vaste tableau. Quoique facile à comprendre, sa prise en main n’était pas idéale.

Autre changement notable, le socle interministériel de logiciels libres ne sera plus mis à jour une fois par an. À l’avenir, il sera actualisé en continu. Il faudra donc revenir de temps à autre pour chercher de nouvelles entrées et vérifier si tel ou tel logiciel libre a acquis le statut d’outil recommandé ou s’il est toujours en cours d’observation — les deux états que peut prendre un logiciel libre dans le SILL.

Pour cette nouvelle édition, la DINUM annonce le référencement de 190 logiciels, soit une hausse de 34 programmes par rapport à l’an passé. Les trois quarts (144) ont décroché le statut d’application recommandée. Les 46 autres sont en observation.

Parmi les changements qui sont évoqués figure par exemple PeerTube, qui est une sorte de YouTube décentralisé. Le kit de développement (SDK) de Géoportail, pour produire une carte dynamique avec les données du portail cartographique, est aussi inclus, tout comme OpenShot, un logiciel libre de montage vidéo. On trouve aussi Zimbra, un outil de webmail, même si ses jours sont comptés (sa future version ne sera plus libre).

L’usage des logiciels libres a fait l’objet en 2018 d’un commentaire favorable de la Cour des comptes. Ainsi, l’institution relève qu’ils « [étendent] la portée des mutualisations au-delà de la seule sphère de l’État » et permettent de « s’assurer des actions réalisées par le logiciel, se protéger contre les fonctions indésirables et éventuellement le modifier en fonction des usages identifiés ». C’est en outre un moyen pour « amplifier la modernisation numérique de l’État » et un atout pour la souveraineté numérique.

Le SILL est né en 2012 avec la circulaire Ayrault qui fixe des orientations et des conseils sur l’usage du logiciel libre, quand il a été constaté d’une part « une longue pratique de son usage », « le développement de compétences » et l’accumulation « de nombreuses expériences positives » dans l’administration, et d’autre part ses avantages (moindre coût, souplesse d’utilisation, levier de discussion avec les éditeurs).

Cette tendance a été accentuée en 2016 avec la loi pour une République numérique. Dans son article 16, il est demandé aux administrations qu’elles « encouragent l’utilisation des logiciels libres et des formats ouverts lors du développement, de l’achat ou de l’utilisation, de tout ou partie, de ces systèmes d’information ». Cependant, ces incitations ne doivent pas aboutir systématiquement à écarter les logiciels propriétaires.

Comme le rappelle la DINUM, « l’approche de l’État privilégie l’efficacité globale, en dehors de tout dogmatisme, pour lui permettre de choisir entre les différentes solutions, libres, éditeurs ou mixtes ». Si une solution propriétaire s’avère plus pertinente, alors c’est vers elle que les administrations devraient se tourner. Du moins, jusqu’à ce qu’une alternative libre soit repérée. Le logiciel libre et la modernisation du SI de l’Etat

La modernisation des systèmes d'information de l'Etat passe notamment par le développement des usages et technologies innovantes et créatrices de valeur pour les utilisateurs, et par la maîtrise des coûts, ce qui implique en particulier de développer la réutilisation et la mutualisation, et d’ajuster au mieux les dépenses d’acquisition. L'approche de l'Etat privilégie l’efficacité globale, en dehors de tout dogmatisme, pour lui permettre de choisir entre les différentes solutions, libres, éditeurs ou mixtes. C’est l’objet de la circulaire du 19 septembre 2012, signée par le Premier ministre, qui recommande les voies du bon usage du logiciel libre dans l’Administration.

Le site étant en libre accès l’expérience française peut être utilisée par d’autres gouvernements mais aussi par les particuliers et les entreprises.