VivaTechnology 2019, AfricaTech
Lancement du club numérique franco-congolais
Bordeaux, mars 2019
ATDA 2018, Paris, novembre 2019
Castres, université e_santé 2018
Rencontres Affaires Francophones, Paris 2018
Sommet PME Dakar Février 2018
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017 Ministres Koné, Ancip, Lemoyne
Ministres
Paris ATDA, 25-27 octobre 2017
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017
JADN 2016 - Cérémonie finale
ADD - Bamako 2017, Sommet des chefs d'Etat
ATDA, Paris, 25-27 octobre 2017
Gorée (Sénégal)
JADN2016
Digital African Tour, Ouagadougou 2017

Huawei et l’Union africaine ont signé le 1ier juin 2019, un protocole d’accord pour consolider leur collaboration et établir les dispositions nécessaires pour assurer une coopération efficace en matière de TIC.

 Ce protocole d’accord vise à renforcer leur partenariat dans les 5 domaines suivants : le haut débit, l’Internet des Objets (IoT), le Cloud Computing, la 5G et l’intelligence artificielle. Signé pour une période de trois ans, cet accord s’inscrit dans le prolongement d’un précédent protocole d’accord signé en février 2015. Il vise à établir une collaboration plus étroite et un échange d’informations entre Huawei et l’Union africaine, facilité par le câblage par Huawei du siège de l’UA ! ! !

L’Afrique est devenue le deuxième plus grand marché mobile du monde après l’Asie. Selon le cabinet Deloitte d’ici 2020, 660 millions d’Africains seront équipés d’un smartphone. Le taux de pénétration devrait atteindre 50% d’ici fin 2023 selon le GMSA Intelligence. Sur ce continent où les infrastructures sont encore limitées, la transformation numérique offre d’énormes opportunités. Le déploiement des technologies de l’information en Afrique améliorera également la performance des secteurs clés qui ont un impact significatif sur la vie quotidienne des Africains, tels que la santé, les transports, les médias et l’énergie.

Philippe Wang, vice-président de Huawei pour la région Afrique du Nord, en charge des relations publiques et de la communication, estime que : « Cette collaboration témoigne de la confiance continue de l’Union africaine envers Huawei. À travers cette démarche, nous souhaitons également mettre un terme aux rumeurs de fuite des données provenant des équipements Huawei, étant donné que l’UA a procédé à un audit complet de son système informatique au sein de l’ensemble de l’organisation, et les conclusions démentent les propos avancés dans les médias l’année dernière. Huawei, partenaire stratégique pour la numérisation de l’Afrique s’engage à apporter à l’Union africaine une expérience unique qui répond à leurs attentes et leurs besoins, notamment en matière de transfert technologique et de connectivité. »

Thomas Kwesi Quartey, le vice-président de la Commission de l’Union africaine, a déclaré : « Dans le cadre de cet accord, nous sommes heureux de consolider notre partenariat existant avec Huawei, un groupe leader dans les domaines de l’innovation et de la recherche technologique. Il est essentiel que nous travaillions en étroite collaboration avec nos partenaires pour relever les défis de la transformation numérique en Afrique. Cette collaboration montre que nous sommes prêts à jouer un rôle majeur dans la construction de notre avenir numérique. ».

Face à ce déferlement de bonnes intentions, on a la claire impression que les technocrates de l’Union Africaine sont déconnectés des problèmes de sécurité et de véritable impérialisme technologique qu’entraine la collaboration avec le géant chinois.