VivaTechnology 2019, AfricaTech
Lancement du club numérique franco-congolais
Bordeaux, mars 2019
ATDA 2018, Paris, novembre 2019
Castres, université e_santé 2018
Rencontres Affaires Francophones, Paris 2018
Sommet PME Dakar Février 2018
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017 Ministres Koné, Ancip, Lemoyne
Ministres
Paris ATDA, 25-27 octobre 2017
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017
JADN 2016 - Cérémonie finale
ADD - Bamako 2017, Sommet des chefs d'Etat
ATDA, Paris, 25-27 octobre 2017
Gorée (Sénégal)
JADN2016
Digital African Tour, Ouagadougou 2017

 L’École de design de Nantes va créer une antenne au Bénin. Africa Design School ouvrira ses portes à Cotonou dès la rentrée de septembre 2019. Cette formation sur trois ans s’adresse aux bacheliers désireux d’évoluer vers les métiers du design numérique.

Engagée depuis plus de dix ans dans une politique de développement international, l’École de design de Nantes, par ailleurs installée à Delhi (Inde), Shanghai (Chine) ou encore Sao Paulo (Brésil), vient d’annoncer l’ouverture de sa première antenne sur le continent africain, à Cotonou au Bénin.

Avant une installation définitive en 2020 au sein d’un site dénommé « La Ruche », actuellement en cours de réhabilitation, Africa Design School sera hébergé dès septembre prochain au sein des locaux de Sèmè City, une cité dédiée à l’innovation qui rassemble des institutions de formation de haut-niveau, des centres de recherche et de développement ainsi que des incubateurs.

Le modèle nantais

Inspiré du modèle pédagogique en place à Nantes, le cursus proposé équivaut à un bachelor en design numérique sur trois ans. Celui-ci sera basé sur une formation centrée sur le projet et la méthodologie. L’équipe enseignante sera quant à elle constituée de professionnels du design exerçant en Afrique de l’Ouest. « Il s’agit d’une formation complète, précise Caroline Grellier, en charge de la coordination pédagogique sur place. Il y aura une partie d’enseignement artistique d’un côté avec la création plastique et le graphisme, mais aussi de la culture générale, des cours d’histoire de l’art et de philosophie. De l’autre, il s’agira d’une partie d’enseignement technique pour apprendre à se servir d’outils d’infographie voire de langages de développement. Puis dès la deuxième année, des projets pratiques permettront aux étudiants d’expérimenter tout de suite leurs compétences ».

Une première promotion de 25 étudiants

L’école, dont les frais de scolarité s’élèvent à 1 960 000 Francs CFA par an (près de 3 000 euros), prévoit de se lancer avec une première promotion de 25 étudiants. Les candidats ont jusqu’à fin août pour adresser leur dossier en ligne. Les sélectionnés seront alors convoqués au fil de l’eau pour un entretien individuel autour d’un test de créativité. « Nous prenons tous les profils, assure Frédéric Degouzon. Ce n’est pas réservé à une catégorie particulière de bacheliers. Ce que l’on regarde, c’est la motivation, la compréhension du métier et une certaine appétence pour les disciplines créatives. Il faut bien évaluer la personnalité. Le design demande beaucoup de savoir-être, de curiosité et d’ouverture d’esprit ».

Les enjeux pour le Bénin

Pour les dirigeants d’Africa Design School, l’enjeu est de répondre aux défis économiques du Bénin et sa sous-région appelés à s’adapter aux nouveaux paradigmes de la culture digitale. Des designers capables de concevoir des applications mobiles, des sites web, des objets connectés ou encore des animations graphiques sont particulièrement recherchés. Environ 200 000 étudiants sortiront diplômés des écoles et universités de Sèmè City d’ici 2030, et plus de 190 000 emplois directs et indirects seront créés, dont un tiers d’auto-emplois. « Aujourd’hui, il n’est plus possible de lancer un service numérique sans avoir une expertise design dans l’équipe, et cela fait partie des problématiques d’expansion de l’Afrique contemporaine », observe Frédéric Degouzon.

Pour faciliter les stages et préparer au mieux leurs étudiants au marché de l’emploi, Africa Design School compte s’appuyer sur ses entreprises partenaires, de Cotonou à Dakar en passant par Ouagadougou. Alors que le budget global de l’opération sur les trois premières années s’élève à 374 millions de francs CFA (environ 571 000 euros), l’ouverture de l’école reste sous réserve de l’autorisation délivrée par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche au Bénin. Une commission doit se réunir à la fin du mois de juin. Une simple formalité selon l’équipe pédagogique, qui a d’ores et déjà reçu les premiers candidats en entretien.