VivaTechnology 2019, AfricaTech
Lancement du club numérique franco-congolais
Bordeaux, mars 2019
ATDA 2018, Paris, novembre 2019
Castres, université e_santé 2018
Rencontres Affaires Francophones, Paris 2018
Sommet PME Dakar Février 2018
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017 Ministres Koné, Ancip, Lemoyne
Ministres
Paris ATDA, 25-27 octobre 2017
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017
JADN 2016 - Cérémonie finale
ADD - Bamako 2017, Sommet des chefs d'Etat
ATDA, Paris, 25-27 octobre 2017
Gorée (Sénégal)
JADN2016
Digital African Tour, Ouagadougou 2017

Huawei Kenya va augmenter ses investissements dans le pays

Au cours d’une rencontre avec la presse, tenue le 17 juin 2017, Dean Yu, le directeur général de Huawei Kenya, a révélé que l’entreprise technologique planifie une augmentation de ses investissements dans le pays. Son objectif est de consolider sa position de fournisseur de solutions TIC. Les investissements seront consacrés tant à l’infrastructure à large bande qu’au transfert de compétences.

Dans le domaine de l’infrastructure, figure en bonne place le projet de construction de la plateforme Cloud gouvernementale. Lors de sa visite au siège de Huawei à Beijing, en Chine, en mai dernier, le président de la République, Uhuru Kenyatta, avait signé un accord à cet effet avec l’entreprise chinoise. La plateforme Cloud améliorera le partage des données entre les organismes gouvernementaux et contribuera à l’accélération de la transition du Kenya vers une économie basée sur la connaissance.

Pour ce qui est du transfert de compétences, Dean Yu a indiqué que Huawei a déjà soutenu à hauteur de plus d’un million de dollars les projets de responsabilité sociale d’entreprise orientés vers le développement des compétences numériques chez les jeunes Kényans. L’entreprise compte en faire plus dans le futur et l’une des manifestations de cet engagement est la formation TIC de 30 jeunes Kényans chaque année, au cours des trois prochaines années.

 

La Maison de l’Entreprise, siège social de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci) d’Abidjan-Plateau a servi de cadre pour la signature d’un accord de partenariat entre le Groupement des opérateurs du secteur des technologies de l’information et de la communication (Gotic) et la Société française de communication, Sofrecom Group. Le Gotic est l’un des 24 groupements qui composent la Cgeci.

Objectif Afrique 9 juin 2017

  • Ethiopie : l’Ethiopie privée d’internet fixe et mobile
  • Congo-Brazzaville : le Guichet unique de dédouanement désormais opérationnel à Brazzaville
  • Côte d’ivoire : la Banque mondiale présente un guichet de 2,5 Mds USD dédié au secteur privé
  • Côte d’Ivoire : Discop Abidjan 2017
  • Burkina Faso : relance du projet Backbone national en fibre optique
  • Burkina Faso: coup d’accélérateur vers la télévision numérique terrestre
  • Afrique du Sud : Alcatel Submarine Networks se voit confier la construction du câble sous-marin IOX Cable System
  • Tanzanie : mise en garde du président tanzanien adressée aux sociétés de télécommunications
  • Une start-up nigériane sélectionnée par le programme d’accélération de Google
  • Nigéria : TechPlus 2017, grand rassemblement numérique à Lagos et Abuja

La relation entre la diaspora africaine et son continent est véritablement décloisonnée à l’ère du numérique et se traduit désormais, contrairement aux clichés encore véhiculés aujourd’hui, par l’établissement de nombreuses passerelles qui permettent à ces deux "entités" de construire une relation 2.0 au service de la transformation de l’Afrique.

À l'ère d'une globalisation/mondialisation accélérée par la révolution du numérique, une relation 2.0 (caractérisée entre autres par l'ubiquité, la rapidité, la proximité virtuelle, la désintermédiation et la dématérialisation) s'est établie entre la diaspora africaine et son continent.

 L'Index Up40 des start-up françaises en Afrique a investi plus de 30 millions d’euros en 10 mois, fin avril 2017

L’index Up40 a pour objectif de rassembler prochainement les 40 start-up représentatives de l’innovation française à destination des marchés africains. Dix mois après sa création, l’index regroupe aujourd’hui 25 start-up dans plus de 10 secteurs d’activité : énergie, éducation, agroalimentaire, services, e-commerce, sport, industrie, finance, e-santé, assurances.

 Avec 24 millions d’euros de fonds levés pour un investissement global de 32 millions d’euros en Afrique, ces start-up employaient, en 2016, 335 salariés et représentaient un chiffre d’affaires cumulé de 35 millions d’euros. En 2017, l’index devrait représenter plus de 880 emplois et un chiffre d’affaires cumulé estimé à 84 millions d’euros.

 Créé en juin 2016, l’index Up40 permet une meilleure coordination des jeunes entrepreneurs français en Afrique, une collaboration plus étroite entre start-up, PME et grands groupes et un fléchage accéléré des investissements vers les projets innovants.