Observatoire e-santé 2020
Bordeaux, mars 2019
Lancement du club numérique franco-congolais
VivaTechnology 2019, AfricaTech
ATDA 2018, Paris, novembre 2019
Castres, université e_santé 2018
Rencontres Affaires Francophones, Paris 2018
Sommet PME Dakar Février 2018
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017 Ministres Koné, Ancip, Lemoyne
Ministres
Paris ATDA, 25-27 octobre 2017
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017
JADN 2016 - Cérémonie finale
ADD - Bamako 2017, Sommet des chefs d'Etat
ATDA, Paris, 25-27 octobre 2017
JADN2016
Digital African Tour, Ouagadougou 2017

Comme chaque année la Fondation Pierre Fabre a présenté les cinq lauréats 2020 de l’Observatoire de la E-Santé dans les pays du Sud le 15 octobre 2020.

Cinq projets de santé digitale, parmi 78 dossiers, ont été sélectionnés par le groupe d’experts de l’Observatoire de la E-Santé dans les pays du Sud à l’issue d’un processus de veille continue et d’un appel à candidatures organisé en fin d’année 2019 (du 15 novembre 2019 au 15 janvier 2020). Les projets récompensés couvrent les problématiques de sensibilisation, de mise en relation, de collecte et d’analyse des données au service de la prévention, du diagnostic et du suivi de populations les plus démunies en Afrique et en Asie.

La problématique du modèle économique pour les diffuseurs de la télévision numérique en Afrique, a été abordé le 13 ocobre lors d'une visioconférence suivi par plus de 200 personnes. Organisée par lfranco-fil, la sociéta d'encouragement pour l'industrie nationale et CIO-mag, elle a permis de connaitre le point de vue de nombreux experts dont  Amadou Diop, Directeur général de la société de Télédiffusion du Sénégal (TDS-SA), Ismaël Togola, Directeur général de la société malienne de transmission et de diffusion (SMTD) et Epey Dotse, Directeur général de la télévision togolaise.

Cinq membres représentants chacun des ministères et agences phares intervenant dans la stratégie de transformation numérique ont été installés ce mercredi 23 septembre pour diriger le Comité national d’interopérabilité (CNI).

Longtemps frappée par des représentations négatives, l’industrie est revenue sur le devant de la scène à la faveur d’une crise sanitaire et économique mondiale.

Ce trafic rapporterait 200 milliards de dollars et tue de plus en plus. 120 000 enfants succombent chaque année en Afrique. Un trafic qui gangrène tout le continent et contribue au financement du terrorisme.