Observatoire e-santé 2020
Bordeaux, mars 2019
Lancement du club numérique franco-congolais
VivaTechnology 2019, AfricaTech
ATDA 2018, Paris, novembre 2019
Castres, université e_santé 2018
Rencontres Affaires Francophones, Paris 2018
Sommet PME Dakar Février 2018
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017 Ministres Koné, Ancip, Lemoyne
Ministres
Paris ATDA, 25-27 octobre 2017
Abidjan ATDA, 28 novembre 2017
JADN 2016 - Cérémonie finale
ADD - Bamako 2017, Sommet des chefs d'Etat
ATDA, Paris, 25-27 octobre 2017
JADN2016
Digital African Tour, Ouagadougou 2017

Pour la mutation audiovisuelle de l'analogique au numérique (la TNT), le Sénégal a fait preuve d'originalité en choisissant un opérateur local, Excaf Telecom, qui  en charge se programme depuis 2014. Aujourd’hui il vise plus loin : concurrencer Netflix. Encore faudrait-il, pour être crédible, réussir le passage à la TNT ....

Pour la télévision numérique terrestre (TNT) sénégalaise, tout s'est noué en août 2014, quand, à la différence de nombreux États africains qui ont choisi pour la transition de l'analogique au numérique un opérateur étranger (souvent StartTimes sur des critères obscurs), le gouvernement a adopté une approche totalement différente. À la suite d'un appel d'offres international, mais bien orienté, le choix s'est porté sur le groupe sénégalais Excaf Telecom, une entité dépendant du groupe Excaf, créé en 1972.

Avec près de 600 collaborateurs, le groupe gére 2 chaînes de télévision, 14 stations de radio à travers le pays, dont 4 à Dakar. Il dispose d'un bouquet TNT payant par lequel il propose 80 chaînes locales et thématiques, 15 chaînes nationales gratuites contre un abonnement mensuel de 5 000 francs CFA (près de 7,6 euros).

Excaf Telecom entend jouer la carte des contenus locaux. Aussi, dans la logique d'une plus grande présence de contenus locaux, il s'est impliqué, en collaboration avec d'autres structures de télécommunications, en l'occurrence Okay TV et Wassa, dans la diffusion du « combat royal » qui a opposé, le 28 juillet dernier, pour la conquête du titre de « roi des arènes », Modou Lô et Eumeu Sène. Il s'est agi d'un combat de lutte qui soit dit en passant est le sport national au Sénégal, loin devant le football.

Au-delà de la dimension sportive, cette diffusion illustre la volonté à la fois d'une plus grande proximité avec le public du Sénégal profond mais aussi d'une plus grande démocratisation de l'espace audiovisuel avec un souci d'installer des infrastructures très avancées technologiquement autant en ville que dans les zones rurales. La dimension culturelle du « combat royal » le justifie d'ailleurs entièrement. Pour la petite histoire, c'est Modou Lô qui est devenu « roi des arènes » à l'issue d'un combat qui s'est terminé par un K.-O. subi par Eumeu Sène.

La TNT au Sénégal

C'est d'abord un engagement de l'État au niveau international (UIT) pour libérer les fréquences télévision destinées à la diffusion analogique et permettre ainsi l’émergence de nouveaux services, comme permettre aux opérateurs de télécommunications d'accéder à l'Internet à haut débit. L'autre aspect est de permettre à tous les acteurs de l'audiovisuel d'étudier la plénitude des services, des moyens et toute l'interactivité nécessaire aujourd'hui pour satisfaire les usagers. À un certain moment, les éditeurs avaient besoin de leviers de croissance.

Au-delà de l'enjeu technique, la TNT va véritablement impacter le Sénégal dans la manière de regarder la télévision et de voir l'audiovisuel. Aujourd'hui, le numérique va placer l'usager au centre de toutes les préoccupations, au cœur des actions des producteurs, des éditeurs, avec tous les supports qui seront mis en place. L'usager, à travers tous les services que lui offre cette transition numérique, va pouvoir décider de ce qu'il va regarder, de ce qu'il va faire. Il y a une interactivité qui va être créée qui va lui permettre de donner son avis sur les contenus.

Bilan au bout de 5 ans de TNT au Sénégal

Dans le cadre de la transition de l’analogique au numérique, l’Etat du Sénégal avait signé en 2014 avec la société Excaf Telecom une convention de concession de service public de l’audiovisuel portant autorisation de construction et d’exploitation d’une infrastructure de télévision numérique terrestre (TNT).

En vertu de cette convention, cette société sénégalaise devait entre autres trouver les moyens de mettre en œuvre ce projet par le biais d’un investissement devant être récupéré à partir de la commercialisation des produits relatifs à l’exploitation de la TNT, les décodeurs et un bouquet de chaines payantes (dont certaines étaient en fait piratées).

Récemment le président Macky Sall a souligné la nécessité de procéder à une évaluation du contrat de concession relatif au projet de Télévision numérique terrestre (TNT).

Par ailleurs le gouvernement a décidé, en juillet 2019, d’accélérer la création de Télédiffusion au Sénégal (TDS SA) qui aura à sa charge la gestion de l’exploitation du système de Télévision numérique terrestre (TNT), mis en place par la société sénégalaise Excaf.

Après cinq ans de chantier et plusieurs reports, dus notamment à des difficultés de trésorerie et à l’indisponibilité de décodeurs à prix attractif, la TNT devrait être diffusée dans l’ensemble du pays à partir de 2020.