Mission

Développer les relations d'affaires et technologiques dans une logique de codéveloppement entre les organisations membres, promouvoir le numérique comme levier de développement, consolider le réseau lors de grands événements et salons régionaux dans les pays en croissance ainsi que représenter les membres auprès des pouvoir publics et des organismes multilatéraux.

Vision

La marche de l'Afrique (dans un premier temps, l’ADD se concentre sur la relation UE-Afrique, mais elle a vocation à d’étendre au reste du monde) vers la nouvelle économie est en cours. La création d’une verticale du numérique dans le cadre d'une structure partenariale pays développés / Pays en croissance, autour des partenaires du secteur privé, du numérique va accélérer la transition numérique et le développement des pays concernés.

Contexte

Cette initiative s'inscrit dans une histoire récente déjà forte : Alliances Numériques bilatérales (notamment l'Alliance Franco-Tunisienne pour le Numérique créée en 2013), Plan national d'action "Développement et Numérique" de décembre 2015, Journées Afrique Numérique à Bercy des 26-28 octobre 2016 à l'occasion desquelles une première lettre d'intention a été signée par 10 représentants patronaux des filières numériques africaines...

L’Alliance pour le Développement Digital a été lancée à l'occasion du Sommet de Bamako pour le Partenariat, la Paix et l'Emergence des 13 et 14 janvier 2017.

Pourquoi l’Afrique dans un premier temps ?

L'Afrique a intérêt à développer ses écosystèmes pour devenir un producteur de numérique et ne pas être simplement un consommateur du numérique américain ou asiatique. Ses start-up ouvrent la voie à des innovations qui sont parfois des premières mondiales (eMoney par exemple) et alimentent la « reverse innovation ».

La position de la France

La France se positionne pour proposer, à ses partenaires, une alternative aux solutions américaines et asiatiques trop souvent propriétaires ou conditionner à des exigences qui peuvent porter atteinte à la souveraineté des pays (notamment sur les données). Les partenaires européens de la France sont invités à rejoindre cette alliance.

Gouvernance de l'ADD

Un conseil d'administration, élu par les membres, qui élira en son sein un Bureau.

Adhésion à l’ADD: Elle est fonction de la taille, des revenus des organisations.

Membres : les institutions, entreprises et fédérations professionnelles ayant un objet social lié au numérique et/ou au développement. Les adhésions peuvent être individuelles (par exemple, une entreprise ou un expert) ou collectives (par exemple, un groupe d'entreprises ou une fédération professionnelle. Les membres se regroupent dans des sections par pays.